Los herederos de Mauthausen Extremeños hijos de deportados fallecidos en los campos de exterminio naziempiezan a tramitar la indemnización que ofrece el Gobierno francés …

Antonia Aparicio, de Valverde de Leganés, hija de un fallecido en Mauthausen, ha solicitado la indemnización al Gobierno francés. / EMILIO PIÑERO

Antonia Aparicio, de Valverde de Leganés, hija de un fallecido en Mauthausen, ha solicitado la indemnización al Gobierno francés. / EMILIO PIÑERO

Rosario Mateo no llegó a conocer a su padre. Tenía 13 meses cuando Juan Mateo Hernández abandonó en 1936 su pueblo natal, Ahillones, huyendo de la Guerra Civil. Apenas llevaba 14 meses casado. Nunca regresó. El día de Nochebuena de 1941 falleció en el campo de concentración nazi de Gusen, un anexo a Mauthausen, también conocido como campo de los españoles, donde perdieron la vida durante la II Guerra Mundial más de 270 extremeños.

Rosario indica que su madre nunca le quiso contar muchas cosas de Juan, pero afirma que «en el pueblo todo el mundo le quería». En la actualidad tramita la indemnización que ofrece el Estado francés a los hijos de víctimas que fueron deportados desde Francia a los campos de exterminio nazi. A elección del beneficiario, se puede optar entre una aportación directa de 27.440,82 euros o una renta vitalicia de 457,35 euros mensuales.
El Gobierno francés aprobó este decreto en julio de 2004. Desde entonces, han llegado peticiones de todo el mundo, ya que la norma no hace distinción entre nacionales y extranjeros, sino que aborda de forma integral el reconocimiento a cuantos fueron deportados durante la ocupación nazi. El Estado alemán ya aprobó una ayuda similar a las viudas
Rosario envió a finales del pasado año su solicitud. Ya ha recibido una carta que le indica que su documentación ha llegado de forma correcta. Ahora sólo le queda esperar. «Eso nunca se paga, porque la muerte de una persona nunca se paga, y más como fueron ellos tratados», señala sin dejar de emocionarse al recordar a su padre. «Ese vacío no lo llenarán nunca». Tampoco el dolor de una vida truncada desde temprana edad. Su madre tuvo que trabajar de costurera, y ella empezó a servir en casas a los 12 años. Aunque una cantidad económica no podrá nunca compensar su pérdida, al menos tiene el consuelo de que se reconozca tanto sufrimiento.
También ha presentado la documentación Antonia Aparicio, de Valverde de Leganés, hija de Miguel Aparicio Espejo. Mario Rodríguez Aparicio, nieto del deportado, explica que su abuelo era republicano. Cuando empezó la contienda civil huyó de su pueblo. No se sabe cómo, llegó a Francia, donde encontró acomodo durante unos años. Pero nunca pudo regresar a su país. Con la II Guerra Mundial, fue entregado a los nazis, que le enviaron a Mauthausen en abril de 1941. Unos meses después fue trasladado a Gusen, donde encontró la muerte en noviembre de ese mismo año. Como indica Mario, no aguantó más y, conocedor del destino que le esperaba, se lanzó contra la alambrada electrificada.
La viuda de Miguel Aparicio cobró hasta su muerte, el pasado año, la paga compensatoria que ofrecía el Gobierno alemán. Ahora, su hija Antonia, que se quedó huérfana con apenas dos años, va a solicitar la indemnización del Estado francés. Mario Rodríguez señala que, más que por la suma económica, «es por el hecho de lo mal que lo pasó mi abuelo».
Una situación similar vivió Concha Pedraza, aunque en su caso tuvo que emigrar a Francia desde su localidad natal, Berrocalejo. Desde su casa a las afueras de París, narra que ni siquiera llegó a conocer a su padre, que se fue del pueblo cuando ella tenía 14 meses de vida. Aurelio Pedraza Paniagua, comunista, llegó al país vecino «para defender a la nación francesa». Fue capturado y deportado al campo de concentración de Mauthausen a comienzos de 1941. A finales de ese año perdió la vida en Gusen. Según su hija, le quemaron vivo.
En 1952, con 15 años, Concha Pedraza abandonó su localidad en compañía de su madre enferma para emprender un nuevo destino. Una tía les mandó el dinero desde Francia para que pudieran realizar el viaje y huir de las penurias. «He pasado muchas miserias en España y en Francia, pero en Francia he podido trabajar y comer», recalca. «En España no sabía qué gusto tenía la carne».
Su madre, que falleció en el año 2002, cobró la pensión que entregaba Alemania a las viudas de las víctimas de la deportación. Ahora, espera poder conseguir la indemnización que ofrece el Gobierno francés, de la que se ha enterado gracias a la colaboración de Pilar Pardo, investigadora y miembro de la Asociación por la Recuperación de la Memoria Histórica de Andalucía, quien ha facilitado los datos para este reportaje. «No me hago muchas ilusiones, pero me dicen que sí». Ya ha tramitado la solicitud y ahora espera respuesta.
Campo de los españoles
Como explica Pilar Pardo, la construcción del campo de Mauthausen se puso en marcha tras la anexión de Austria con el objetivo de internar a los enemigos del III Reich. Los primeros prisioneros llegaron en agosto de 1938.
Los republicanos españoles llegaron a Mauthausen desde comienzos de agosto de 1940 y durante todo el año 1941. Fueron destinados a las sucesivas obras de ampliación del recinto, que lo convirtieron en una auténtica fortaleza. Alrededor de 1.500 deportados se dedicaron a cargar las pesadas piedras que llegaban desde el Danubio, a excavar y allanar los alrededores o a extraer material de la cantera, para lo que tenían que cargar con el peso a lo largo de un tramo de 186 escalones, donde muchos perdieron la vida. Cuando dejaban de ser útiles, por debilidad o enfermedad, eran trasladados al campo anexo de Gusen, en uso desde mayo de 1940.
En enero de 1941 Mauthausen y Gusen se convirtieron en los únicos campos de categoría III, de no retorno, de modo que quien era enviado a ellos le esperaba la muerte como único destino. Otros extremeños perdieron la vida en el campo de Dachau o en el castillo de Hartheim, convertido por los nazis en un centro de eutanasia y experimentación médica con el objetivo de salvaguardar la raza aria.
El 5 de mayo de 1945 se produjo la liberación de ambos recintos, y el 9 de mayo del castillo de Hartheim y de otro campo anexo. El testimonio de los españoles que sobrevivieron fue determinante para juzgar a los criminales nazis. La declaración de Francesc Boix, un fotógrafo catalán que trabajó en el laboratorio fotográfico de la Policía alemana en Mauthausen, fue decisiva para condenar a los responsables del campo en los juicios de Nuremberg, gracias a que durante años pudo esconder imágenes que mostraron al mundo la realidad de aquellos años. En esta historia también aparece el nombre de un extremeño, Agustín Santos, natural de El Gordo, quien en los años 60 del pasado siglo fue uno de los primeros españoles en contar sus vivencias.
Esta semana se ha cumplido el 64 aniversario de la liberación de Mauthausen, Gusen y otros recintos cercanos, donde perdieron la vida más de 230.000 personas durante la II Guerra Mundial. Un acontecimiento que ha pasado desapercibido en nuestro país. Sin embargo, centenares de extremeños, descendientes de las víctimas de la barbarie nazi, nunca olvidarán los terrores de los campos de exterminio.

39 Responses to Los herederos de Mauthausen Extremeños hijos de deportados fallecidos en los campos de exterminio naziempiezan a tramitar la indemnización que ofrece el Gobierno francés …

  1. dropev dice:

    Desde estas paginas quiero agradecer el trabajo que ha realizado nuestra compañera Pilar Pardo para que el documento anterior salga a la luz y que los hijos de deportados en los campos nazis puedan beneficiar de la reparacion economica citada más arriba.
    Mi sincero y fraternal abrazo a esta luchadora.
    Pedro-Vicente Romero de Castilla Ramos.
    PD: añadiremos el extenso listado de nombres que la Historia no puede dejar de lado.

  2. dropev dice:

    Este tema ha salido en : http://www.hoy.es/20090510/regional/herederos-mauthausen-20090510.html, un artículo de Juan Soriano, nuestro agardecimiento tambien para el.

  3. dropev dice:

    En mi anterior comentario citamos la fuente de informacion .

    En ese enlace se encuentra el listado de los deportados fallecidos en el campo de exterminio nazi de Mauthausen.

  4. pedraza aurelio dice:

    je suis le petit fils pedraza aurelio qui a ete deporte a mauthausen en avril 1941 je suis fier de ma tante pedraza concha ainsi que de grand mere felisa je vous aime

  5. MI NOMBRE ES SERGIO SOY DE ARGENTINA Y QUISIERA SABER SI HAY ARCHIVO DE MI ABUELO QUE LO SECUESTRARON EN GRECIA POR LOS ALEMANES Y DE ALLI LO SUBIERON A LOS FAMOSOS TRENES DE CARGA Y MI PADRE NUNCA MAS SUPO DE EL EL NOMBRE DE MI ABUELO ES SARKIS ASTZIAN DE ATENAS. ESPERO ALGUN MENSAJE DE USTEDES DESDE YA MUCHAS GRACIAS.

    • dropev dice:

      Estimado Sergio, no tenemos ningun listado de lo ocurrido en Grecia. Pero intentaremos averiguar algo con nuestra compañera Pilar Pardo que está centrada en temas de campos nazis.
      Un abrazo fraternal. PV. R d C. R.

  6. dropev dice:

    Estimado Pedraza Aurelio, nous aussi sommes solidaires (et fiers, si tu le permets) avec ceux qui ont payé de leur vie, la lutte pour la Liberté, à eux nous sommes redevables de publier leur histoire, leur vie et aussi leur mort, pour que personne ne reste dans l´oubli administratif. Si tu veux publier l´histoire de ta famille nous serons honorés de le faire dans ce blog. Voila, ecris nous le texte et les images que tu veux.
    Un salut fraternel et solidaire de PV. R d C R.

  7. dropev dice:

    Estimados amigos os pongo aquí el triste listado de EXTREMEÑOS DEPORTADOS MUERTOS EN MAUTHAUSEN:
    PROVINCIA DE BADAJOZ
    Ahillones: Antonio Martín Pilar, Juan Mateo Hernández y Francisco Romero Guerrero.
    Albuera (La): Arturo Romero Martínez.
    Alburquerque: Antonio Gemio Sánchez.
    Alconchel: Ramón Arboleda Silva y Plácido Vargas González.
    Aljucén: José Prieto Barrero.
    Almendral: Manuel Álvarez Romero y José Nogales Domínguez.
    Almendralejo: Abad Gutiérrez Mije y Diego Muñoz Caro.
    Arroyo de San Serván: Manuel Cangas Barro.
    Azuaga: Vicente Burgos Prida, José Carrizosa Rodríguez, Juan Chavero Zapata, Fernando Fernández Luján, José Antonio Gallego Hernández, José Grueso Muñoz, Agustín Merino González, Manuel Naranjo Ojeda, José Pulgarín Bermejo, José Ramírez Domínguez, Rafael Rico Gala, Luis Ruiz Sabido, Manuel Sáez Murillo, Roque Saez Murillo, Antonio Vera Expósito y Manuel Vizuete Carrizoza.
    Badajoz: Isidoro Barrena Regalado, Federico Lencero Peliz, Luis Medino Montes, Demetrio Morales Morales, Cirilo Moreno Rivera y Francisco Serrano.
    Benquerencia de la Serena: Manuel Arena Murillo.
    Berlanga: Antonio Hernández Rodríguez y José Antonio Sarabia Vázquez.
    Bienvenida: Jesús Pérez Ortiz.
    Burguillos del Cerro: Antonio Cerrajero Jiménez.
    Cabeza de Buey: Joaquín Calderón Rodríguez, José Domínguez Calvo y Agustín García-Risco Claro.
    Castilblanco: Vicente Bermejo Rivero.
    Castuera: Gerónimo López Fernández y Francisco Sánchez Custodio.
    Coronada (La): Ramón Orejudo Orellana.
    Don Álvaro: Ángel Camacho Mateo.
    Don Benito: Luis Álvarez Palomero, Ramón Cerrato Ramos, Luis Chaparro Rodríguez, Vicente Díaz Capilla, Felipe Gómez Rodríguez, Manuel Lama Barjola, Juan Nieto Cerrato y José Quirós González.
    Esparragosa de la Serena: Cándido Benítez Bastias, Leopoldo Caballero Dávila, Pedro Campos Cáceres y Manuel Rosa Villar.
    Fregenal de la Sierra: Antonio Martínez Pérez.
    Fuenlabrada de los Montes: Felipe Barbo Ramírez, Vicente Camarero Picatostes y Ginés Higuera Toledo.
    Fuente de Cantos: José Aradilla Domínguez, Ricardo Arteaga Yerga, Benito Borrego Berjano, José María Delgado Lebrato, Teófilo Fernández Barriente, José Fernández Saez de Tejada, Casimiro García Becerra, José Jiménez López, Javier González Muñoz, Antonio Goya Diosdado, Casildo Hernández González, Luis Lamilla Sánchez, Manuel Lamilla Sánchez, Celedonio Lobato Yerga, Rafael Lobato Yerga, José Macarro Robles, Bautista Miranda Duarte, Antonio Moreno Cortés, Casimiro Nuñez Giménez, Rafael Real Santos, Santiago Rojas Hernández y Bernardo Roldán Carrasco.
    Fuente del Arco: Antonio Rubio Barragán.
    Garbayuela: Ciriaco Camacho Camacho.
    Granja de Torrehermosa: Manuel Calero Díaz, Juan García Garrido, Manuel Gutiérrez López, José Antonio Ordóñez Cano y Emilio Santiago Hinojosa.
    Guareña: José Barrero Román, Santiago Isidoro Rodríguez, Federico López, Mateo Palmarín Moruno, Pedro Pascual Monago, Valentín Pérez Palomares y Antonio Ramos Ortega.
    Haba (La): Julián Capilla Manzano.
    Helechal: Miguel Calvo Sánchez.
    Herrera del Duque: Pedro Bonilla Quilez, Higinio Muga Calderón y Santos Sanandrés Díaz.
    Higuera de la Serena: Pedro Merino Romero.
    Hornachos: Joaquín González Sánchez, Antonio Muñoz González y Miguel Salguedo Nieto.
    Jerez de los Caballeros: Alfonso Fernández Navarro, Sebastián Matamoros Albano y Florentino Vega Delgado.
    Llera: Antonio Carrasco Tapias, Alfonso Macía Barrero, Joaquín Macía Barrero y Manuel Piña Barrero.
    Llerena: Diego Florido Manzanares.
    Magacela: Félix Donoso Donoso.
    Maguilla: Lorenzo Bermejo Molina.
    Malpartida de la Serena: Domingo Calderón Algaba.
    Medina de las Torres: Ceferino Ramírez Rey.
    Mérida: Sebastián Barrena Tobal, Antonio Gallardo Sánchez y Alejandro Jiménez Cruz.
    Navalvillar de Pela: Francisco Moñino Gallardo, Luis Pastor Juan y Pedro Trenado Serrano.
    Oliva de la Frontera: Juan Macarro Delgado, Vicente Márquez Pérez, Antonio Soto Torrado, Antonio Torrado Balcalegro y Miguel Torrado.
    Olivenza: Librado Almeida Martínez, Antonio Cayero Vivas, Manuel García Jara, Antonio González Álvarez, Vicente Hurtado Álvarez, José Martínez Rodríguez, Gabriel Méndez Sousa y Aurelio Ramallo Martínez.
    San Rafael de Olivenza: Raimundo Escudero Bravo.
    Orellana la Vieja: Ramón Carmona Marfil y Emilio Collado Saez.
    Palomas: Antonio Espinosa Seguro, Dámaso Pozo Trejo.
    Peñalsordo: Feliciano Giménez Donaire.
    Peraleda del Zaucejo: Juan Trujillo Trujillo.
    Puebla de Alcocer: Emilio Murillo Cerrato.
    Quintana de la Serena: Diego Benítez Tejada, Cecilio Hidalgo Martín, Tiburcio Murillo Guisado y Lorenzo Trejo Romero.
    Rena: Adolfo Cabeza Fernández.
    Retamal de Llerena: Emilio Algaba Naranjo, Antonio Godoy Pinto y Juan Tamallo Pinto.
    Ribera del Fresno: Jorge Báez Asensio, Pedro Caballo Vázquez, Juan González Lozano, Severo Megías Vacas, Antonio Pizarro Delgado, José Rodríguez Toro, Luciano Suárez González, Santiago Vital Enríquez e Isidro Zapata Meneses.
    Salvatierra de los Barros: Juan Sosa Olivera.
    Santa Amalia: Juan Facila Nieto y Juan Gómez Rebollo.
    Siruela: Juan Cabello Cabello y José Camacho Recio.
    Talarrubias: Agustín Paniagua Peco.
    Talavera la Real: José Becerra Domínguez y Manuel García Fernández.
    Valencia de las Torres: Lino Agudelo Pilar, José Cabanillas y Juan Cabrera Escuder.
    Valencia del Mombuey: Joaquín Díaz Gudiño.
    Valencia del Ventoso: Joaquín Delgado Bravo, José de los Reyes Nuñez y Manuel Sánchez López.
    Valverde de Leganés: Miguel Aparicio Espejo, Luis Espejo Bravo, Juan Gimeno Olivera, Manuel Gimeno Olivera, Anselmo Hernández Bravo, Justo Sánchez Acebedo, Eugenio Torres Antúnez y Ángel Velázquez Bravo.
    Valverde de Llerena: José Bravo y José Vera Llanes.
    Valverde de Mérida: Pedro Pajuelo Manzano.
    Villafranca de los Barros: José Hernández Suárez, José Hidalgo González y Manuel Torres Martín.
    Villagonzalo: Lorenzo Espinosa Casablanca, Alonso García Castanera y Luis Mendoza Fernández.
    Villalba de los Barros: Domingo Diosdado Martínez.
    Villanueva de la Serena: José Atanasio González, Francisco Carmona Casilla, Juan García Acedo, Pablo González Escobar, Andrés Olivares Barjola y Juan Sánchez Santos.
    Villanueva del Fresno: Manuel Fernández López.
    Villar del Rey: Dionisio Alvarado Rodríguez, Lázaro Márquez Nevado y Guillermo Moreno García.
    Villarta de los Montes: Víctor Ferrera Garrido.
    Zafra: Julián Moreno Patarro.
    Zalamea de la Serena: Ezequiel Jara Doblado.
    Zarza (La): Gerónimo Benítez Dicha, Lucas Benítez Trinidad, Ildefonso Flores Trinidad y José Paredes Monje. Aldea del Cano: Graciano Gil Iglesias y Enrique Giménez García.

    PROVINCIA DE CÁCERES
    Alía: Teodoro Laguna Belvís y Plácido Moyano Rodríguez
    Arroyomolinos: Francisco Vasco Cortés.
    Baños de Montemayor: Máximo Cabezalí Paniagua.
    Berrocalejo: Elías Fernández Martín, José Fernández Martín, Agapito Mesa Bravo, Aurelio Pedraza Paniagua.
    Cáceres: Juan Montero Ruiz(?), y José Polo Mirón.
    Cadalso: Celestino Carbajal Pérez.
    Cañamero: Eugenio Bau Rodríguez, Rafael Broncano Barba, Francisco Durán Domínguez, Santiago González Sánchez.
    Casar de Cáceres: Manuel Andrada Rey.
    Casas de Miravete: Máximo Montes Izquierdo.
    Casas del Monte:Tomás Iglesias Iglesias.
    Casatejada: Juan Nuevo Vázquez y Félix Sobrino Vaquero.
    Casillas de Coria: Teodoro Martín Gutiérrez.
    Castañar de Ibor:Teodoro Carretero González.
    Coria:Moisés Dorado Rivera.
    Garciaz: Simón Carrasco Fernández.
    Guadalupe: Víctor Gamino Quiroga y David Sánchez.
    Guijo de Coria: José Iglesias.
    Jerte:Víctor Blanco Calles.
    Madroñera: Ramón Bardo (?), Alfonso Bonilla Díaz e Isidoro Sánchez.
    Malpartida de Plasencia: Bernabé Tomé Ovejero.
    Miajadas: Felipe Díaz Cruz, Miguel Sosa Tostado (?), Vicente Martín Manuel.
    Navalmoral: Manuel Sánchez García.
    Sierra de Fuentes: José Iglesias Rivera.
    Solana-Cabañas: Vicente Pina Seco.
    Talavera la Vieja: Fermín Arroyo Morón, Román Gallego Fernández, Saturnino Giménez Fernández, Jacinto Manzano Sánchez y Segundo Tejeda Giménez.
    Talaveruela de la Vera: Cecilio Baena.
    Talayuela: Bonifacio Blázquez Fernández y Salvador López Giménez.
    Tejeda de Tiétar: Wenceslao Muñoz Lobato.
    Valdelacasa de Tajo: Andrés Toribio Blázquez.
    Valverde del Fresno: Pedro García Margallo.
    Villanueva dela Vera: Luis Morén Gómez.
    Villar del Pedroso: Sixto Díaz Jarillo y Saturnino Rivera Álvarez.
    Villar del Pedroso-Navatrasierra: Celestino Garvín Delgado y Julián Rivero Garvín.
    Fuente: Benito Bermejo y Sandra Checa. ‘Libro Memorial. Españoles deportados a los campos nazis (1940-1945)’. Editado por el Ministerio de Cultura. Año 2006.
    In Memoriam.

    • Angel Caballero Gomez dice:

      Llego un poco tarde para que rectifiquen el listado. Soy sobrino de Leopoldo Caballero Davila natural de Esparragosa de la Serena. Es cierto que mi tio estuvo hay pero no murio en ese lugar.Mi tio fallecio hace unos dias cerca de Paris donde vivia.

  8. La présence d’une délégation du syndicat allemand FAU à l’invitation de la CNT française n’était pas le moins bouleversant des moments consacrés à la mémoire des résistants anarchistes et antifascistes espagnols pendant la seconde guerre mondiale, ce samedi 7 février au cimetière du Père Lachaise. Elle arriva avec une banderole portant les mots de Durruti “Nous portons un monde nouveau dans nos coeur”, mots qui ouvrent notre disque saluant Durruti, alors heureusement dits par Elsa Birgé, enfant, qui les chantait presque (elle est d’ailleurs devenue une excellente chanteuse) après avoir prononcé l’autre partie de la phrase de l’anarchiste Espagnol, tué pendant le siège de Madrid : “Nous n’avons pas peur des ruines”. Lorsqu’il allait prendre la parole, Ramiro Santisteban, ancien de la CNT espagnole, dernier survivant des 7000 espagnols détenus au camp de Mathausen, ne put prononcer un seul mot, envahi par les larmes. Les nôtres n’étaient pas loin. On parle rarement de l’importance des combattants espagnols dans la lutte contre les Nazis, elle a finalement été reconnue “officiellement” il y a quatre ans, mais reste prononcée du bout des lèvres (il y a depuis longtemps une place minuscule à la porte d’Italie). La France avait “accueilli” à la baïonnette les combattants antifascistes exilés dans les camps honteux (qualifiés par les instances gouvernementales elles-mêmes de camps de concentration) dans le sud de la France. Pourtant la haine du fascisme fut plus forte pour ces prisonniers que celle que les autorités françaises (d’où qu’elles soient) avaient de leur anarcho-syndicalisme. Un officier français disait “un espagnol avec nous équivalait à avoir un char supplémentaire”. Les espagnols composaient plus de la moitié de la deuxième DB du général Leclerc. Ils comptaient sur la suppression des trois dictateurs, le leur est resté en place par les petits arrangements sinistres des “alliés” (De Gaulle avait promis de chasser Franco). Pour l’homme de pouvoir, la trahison est le moindre des encombrements. Avouer que Paris avait été libéré en 44 en partie par des anciens de la colonne Durruti (entre autres) est un étouffe politicien de première classe.

    Le 7 Février au Père Lachaise, il y avait aussi des ouvriers immigrés, des ouvriers du bâtiment. À Mathausen, les déportés portaient des pierres… Après plusieurs témoignages, non loin du mur des fédérés, Ramiro Santisteban put, plus tard, prononcer quelques mots et puis regarda longuement avec une éloquente tendresse un petit enfant dans les bras de sa mère ; peut-être le moment le plus signifiant d’une journée qui ne manquait pas de sens multiples. La mémoire et la vie. “Nous portons un monde nouveau dans nos coeurs.”

  9. « Sous ses yeux au block 16 [il y avait] plein de communistes que la République, en 39, avait par sécurité mis à l’ombre. Pétain les avait bel et bien prêtés à Hitler, ces mauvais Français. Paulo aurait pu [ ] entendre aussi ce que disaient les Espagnols, premiers prisonniers à Mauthausen. Douze mille, le chef de l’État français en avait livré de ces « réfugiés ». Paulo l’avait assez entendu l’épouvantable dicton : « Sous chaque pierre de Mauthausen il y a le sang d’un Espagnol ». [ ]

    « Ce tourbillon de spectres, ces hommes tous pareils, indéfinissables, ces hommes qui débarquaient avec le même air ahuri pour brûler en choeur, il n’avait pas réussi à les trouver émouvants. Il les avait mal vus, milliers de triangles rouges, (le triangle rouge est le signe des déportés politiques) feux follets d’un immense cimetière, apparaissant, dansant, disparaissant, il n’était pas très sûr de sa vision. Et puis Mauthausen, c’était la tour de Babel, un ramassis de toutes les races, des gens dont il ne comprenait pas la langue : Hollandais, Danois, Tchèques, Hongrois, Bulgares, Roumains, Grecs, Luxembourgeois, Ruskis, Yougos, Polaks, Gitans et autres apatrides. Vraiment très loin de son univers restreint de Parigot, tous ces sauvages. Ces crânes, ces pyjamas, ce mélange de nations, cette gigantesque usine d’anéantissement, c’était trop vaste, c’était l’irréel, personne n’y pouvait rien. »…..dommage..

  10. « Et le train s’arrêta. Une gare, une toute petite gare… Mauthausen…

    Il faisait froid, très froid, ce jour de décembre 1941.

    D’autres camarades devront dire : « Un soleil implacable nous écrasait lorsque descendus du train nous marchions vers le Camp, un jour de juillet… »

    Qu’importe cette divergence. Il reste assez de traits communs à la grande majorité de Déportés, pour décrire une arrivée unique :

    Le train s’arrête. A coups de crosse, les SS obligent les occupants des wagons à descendre rapidement. Une haie nous enserre. Pas une haie d’honneur, bien sûr, mais une haie de chiens et de SS, aussi mordants et aboyeurs les uns que les autres. Tout le monde doit se dépêcher. Les jeunes, les moins jeunes et les vieux, les forts et les malades, les sportifs comme les handicapés. »

    « Mauthausen… Une petite gare, un petit village. Des rues étroites, tellement étroites qu’on imagine, en écartant les bras, toucher les maisons de chaque côté. Village abandonné ? Peut-être. Personne sur les seuils des portes. Personne dans les encadrements de fenêtres. Est-ce que les gens ont peur ? Ou peut-être honte ? Car dans la rue de leur village, des assassins, peut-être bien leurs fils ou leurs maris, cognent avec la crosse de leurs armes, sur des êtres humains arrêtés et déjà affaiblis par de longues séances de torture, par d’interminables voyages sans hygiène, sans nourriture, sans boisson. »

    « Les assassins ne cognent pas toujours avec les crosses. Ils pourraient faire mal aux chiens bien dressés à mordre les Déportés. – Il faut respecter les chiens lorsqu’ils ont une proie, entre leurs dents. – Ils ne cognent pas ou plus lorsqu’un camarade tombe épuisé. Mais sadiquement ils tirent… A bout portant. – Sans émotion. Sans remords. – Un regard froid et méprisant pour l’esclave, l’être inférieur. Un coup de pied pour s’assurer qu’il est bien mort… »

    « Mauthausen… Une petite gare, un petit village, un grand camp de concentration. Il se détache comme une forteresse. Sur la cime d’une colline, des tours carrées, des murailles de pierre. Enormes tours. – énormes murailles. – mitrailleuses sur les premières. Barbelés électrifiés sur les secondes. Sinistre. »

    « Les « costauds » montent toujours, portant leurs affaires et celles des malades. Pas tous. Il faut bien que quelques-uns portent les cadavres des camarades assassinés, jusqu’aux fours crématoires dont les cheminées surmontent les bâtiments trapus, plus hauts que les murailles. Comme on doit les voir de loin !!! A moins qu’ils ne soient invisibles aux autochtones…. Sait-on jamais ?é

    « Aboiements de chiens, aboiements de SS ? Quelques « coups de grâce » pour ceux qui n’arriveront pas vivants jusqu’au Camp. Ainsi étaient « sonorisés » les quelques kilomètres séparant la petite gare du grand Camp… K.L.M, pour les intimes. Coups des SS, morsures des chiens, morsures brûlantes ou morsures gelées des intempéries. Silence des témoins. Tout se ligue contre les hommes et les femmes accusés de se battre pour la Liberté et la Paix. »

    « Le Camp est là. Pour y rentrer, une première porte, énorme, surmontée d’un aigle monstrueux en bronze : 2m de haut – 5m d’envergure. Pourquoi, avoir fait d’un si bel oiseau, le symbole de tant de mal ? Une cour. Un large escalier presque monumental. Des SS sur chaque marche. La mitraillette prête à tirer. Une seconde porte énorme. La vraie, celle-là. Celle qui séparera du monde civilisé tous ceux qui la franchiront. Pour en sortir, dira l’Interprète, uniquement la cheminée du crématoire. Pour mourir, les barbelés électrifiés convenant à ceux qui ne veulent pas mourir de faim. Le choix est libre… La douche… La « tonte » de tous poils et de cheveux…. Le costume rayé… »

    « Nous voilà métamorphosés.

    « En déchets humains, comme le pensent et le veulent les SS ?

    – En combattants d’une nouvelle dimension, ont répondu les Hommes. »

    Miquel Serra i Grabulosa – (1921-1989)
    (Déporté de Mauthausen, Matricule 4.715)

  11. « Dans la nuit du 17 au 18 février 1945, 400 malades arrivés la veille avec un gros convoi évacué de Sachsenhausen furent laissés nus, par un froid de moins 10°C, sur l’Appellplatz, puis aspergés d’eau froide ; la cadence des morts n’étant pas assez rapide, trois SS armés de gourdins, puis de haches, entreprirent un massacre auquel échappèrent une trentaine d’hommes seulement. Les cadavres furent aussitôt apportés au crématoire et les morts enregistrées comme naturelles. »

  12. « J’ai vu moi-même l’Obersturmführer Karl Schulze, en compagnie de Kaltenbrunner, d’Eigruber, de Ziereis (…) visiter la chambre à gaz en 1942 ou 1943, je ne me souviens pas exactement de la date. A cette occasion, les détenus, hommes et femmes, ont été expulsés du Bunker et exécutés. Trois sortes de supplices ont été utilisés : la pendaison, une balle dans la nuque et le gazage. Après la séance d’exécution, les chefs SS présents sont sortis en riant de la chambre à gaz pour se rendre dans la cour du Bunker.»
    Témoignage de Kandhut, ancien détenu. Archives du Musée de Mauthausen.
    « Les victimes avaient été conduites dans le vestiaire, où elles devaient se déshabiller, puis elles pénétraient dans la pièce voisine où se trouvaient plusieurs gradés SS revêtus de blouses blanches. Ceux-ci mettaient une spatule de bois dans la bouche des victimes, pour voir s’il y avait des dents en or. Si c’était le cas, le détenu était marqué d’une croix de couleur sur la poitrine ou sur le dos. Puis les victimes étaient menées dans la chambre à gaz carrelée, munie d’une installation de douches… »

    « À peu près quinze minutes après l’admission du gaz dans la chambre, l’accusé Roth constatait par le regard situé dans la porte qu’aucune des victimes ne bougeait plus, et mettait en marche le ventilateur qui aspirait le gaz par une cheminée et le renvoyait à l’extérieur. Puis Roth ouvrait les portes de la chambre à gaz, après avoir vérifié au moyen d’un papier de couleur préparé à cet effet qu’il ne s’y trouvait plus de gaz, et ordonnait aux détenus placés sous ses ordres de porter les cadavres à la morgue du crématorium. Avant la crémation, on coupait les longues chevelures des victimes féminines et des dentistes SS extrayaient les dents en or des victimes marquées d’une croix.»

    Les attendus du jugement de Dachau
    Camions à gaz :

    « Tantôt le camion faisait la navette entre Mauthausen et Gusen : dans chacun des camps on y chargeait des détenus, pour la plupart invalides, et on déchargeait leurs corps à l’autre bout. Tantôt il circulait à l’intérieur du camp de Mauthausen jusqu’à ce qu’eut cessé de vivre son chargement humain, qu’il transportait ensuite au crématorium… C’étaient les SS, et en particulier le médecin du camp, le Dr Krebsbach, qui choisissaient les victimes. »

  13. « Une fois pendant l’été 1944, on emmena une groupe de détenus derrière le crématoire et on leur ordonna de se dévêtir et de ranger leurs vêtements en piles. Après que les premières victimes eurent été fusillées, ceux qui leur succédaient devaient déplacer les corps de leurs camarades et les mettre de côté pour pouvoir se mettre eux-mêmes devant le mur d’exécution. »

    « Un groupe de juifs néerlandais en bonne santé fut arrêté en été 1942 et conduit à Mauthausen. Quelques jours après leur arrivée, une vingtaine d’entre eux furent emmenés jusqu’à une usine située à environ trois heures de là. Ce bâtiment contenait plusieurs laboratoires et chambres à gaz. Chacune d’elles comportait trois parois de béton sans fenêtre. Le quatrième mur était en verre d’où des chimistes pouvaient observer ce qui se passait à l’intérieur de la chambre. Les juifs néerlandais et vingt sept autres hommes, tous nus, furent contraints de se soumettre à des expériences. On leur donna des masques à gaz pour la première, qui dura quinze minutes. Après les deux premières minutes, ils ressentirent un picotement intense sur la peau, suivi par une sensation de vive chaleur. Lorsqu’ils quittèrent la chambre à gaz, on prit leur température et on leur fit une prise de sang, après quoi, ils furent douchés avec une solution fortement chlorée. Ils n’éprouvèrent aucun effet fâcheux à la suite de cette première expérience. »

    « Trois semaines plus tard, on les fit de nouveau pénétrer dans la chambre à gaz, dévêtus mais avec des masques à gaz. Ils éprouvèrent de nouveau une sensation de chaleur, mais elle fut suivie cette fois d’un froid intense. Quand ils quittèrent la chambre après quinze minutes, le médecin ne prit pas leur température, mais on leur fit prendre à nouveau un bain chloré. Trois jours plus tard, dix de ces hommes éprouvèrent de violentes irritations de la peau et eurent des plaies sur tout le corps. Une semaine plus tard, les autres durent retourner dans la chambre à gaz, cette fois sans masque. L’épreuve finale dura une demi heure. Après quelques minutes, les victimes furent prises de nausées et de vertiges. Ils perdirent connaissance. À la fin de l’expérience, les hommes furent retirés de la salle par des aides de laboratoire qui portaient des uniformes anti-gaz, des gants de caoutchouc, des souliers spéciaux et des masques à gaz. Les victimes saignaient du nez, de la bouche et des oreilles. On radiographia leur estomac et leurs poumons. Les vomissements et vertiges continuèrent pendant quatre jours, durant lesquels ils furent néanmoins obligés de recommencer de durs travaux. »

  14. Mauthausen : visage d’un détenu russe… il a 18 ans
    320.000 détenus ont été immatriculés à Mauthausen et dans ses kommandos. Le chiffre officiel des morts est de 122.767… Auquel il faut ajouter plus de 70.000 victimes qui n’ont pas été immatriculées (« Aktion Kugel », gazages…) Le nombre total des victimes pourrait approcher les 200.000. 8.203 français y sont morts. De tous les camps de concentration, Mauthausen est de loin le plus meurtrier.

    Le dernier numéro matricule, attribué le 3 mai 1945, est 139.317. Toutefois, la détermination du nombre total de Déportés se révèle plus compliquée, du fait que :

    jusqu’au 19 février 1942, les entrants recevaient les matricules des détenus décédés ;
    jusqu’au 23 janvier 1944 (date à laquelle la numérotation de Gusen est rattachée à celle de Mauthausen), les détenus transférés de Mauthausen à Gusen ne doivent pas être comptés à nouveau ;
    de nombreux Déportés ne furent pas immatriculés, en particulier :
    ceux amenés à Mauthausen pour y être exécutés, notamment dans le cadre de l’« Aktion Kugel ».
    les décédés en cours de transport ou avant leur immatriculation.
    les 21.000 Juifs (estimation), en majorité Hongrois du « Camp des tentes », et ceux de Gunskirchen en 1945.

    Mauthausen : le mémorial hongrois
    L’évaluation minimale du nombre des déportés à Mauthausen (et ses Kommandos) s’établit ainsi à 198.000 personnes, dont 4.900 femmes, pour 158.850 immatriculés. 9.394 Français et Françaises ont été déportés à Mauthausen, les hommes à partir de juin 1942, les femmes à partir de mars 1945 (transférées d’autres camps).

    Mauthausen reçut 1.750 juifs Hollandais, en 1941 et 1942. Un seul revint.

    C’est enfin à Mauthausen en mars 1944 que fut formé le « Sondereinsatzkommando » SS qui sera le fer de lance de la déportation des Juifs Hongrois, sous la direction d’Eichmann.

    Mauthausen fut de tous les camps de concentrations, le plus redoutable : Ainsi pour l’année 1943, 7.058 de ses détenus périssent (soit 58 %), alors qu’à Dachau, avec 2.700 décès sur 7.500 prisonniers, la mortalité n’est que (!) de 36%, de 19% à Buchenwald (1.522 sur 7.730) et de 16% à Sachsenhausen (1.816 sur 11.111). Il convient de préciser que Mauthausen perdra ce triste record à partir de 1942, plusieurs autres KZ connaissant, alors, des régimes aussi meurtriers.

    Effectifs du camp de Mauthausen et de ses Kommandos au 31 décembre de chaque année
    Année Effectif
    1938 99
    1939 2.666
    1940 8.200
    1941 15.900
    1942 14.000
    1943 25.607
    1944 73.392
    Répartition des détenus par nationalités au 15 mars 1945
    Nationalités Nombre
    Polonais 19.548
    Soviétiques 17.365
    Juifs 15.118
    Allemands et Autrichiens 7.761
    Prisonniers de guerre soviétiques 5.144
    Français 4.665
    Italiens 3.860
    Yougoslaves 3.399
    Espagnols 2.191
    Tchécoslovaques 1.361
    Grecs 557
    Lettons 387
    Belges 355
    Néerlandais 219
    Hongrois 119
    Lithuaniens 89
    Apatrides 72
    TOTAL 82.210

  15. a bientot Estimado dropev pedraza aurelio.

  16. Pedraza Paniagua (Aurélio), né le 1er décembre 1906 à Pedraza Paniagua (Aurélio), né le 1er décembre 1906 à Berrocalejo (Espagne), décédé le 14 novembre 1941 à Gusen (Autriche). Pedretti (Paul, André), né le 17 …27 août 1996 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE page 12849

    MESURES NOMINATIVES

    MINISTERE DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE

    Arrêté du 8 juillet 1996 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes de décès

    NOR:
    Par arrêté du ministre délégué aux anciens combattants et victimes de guerre en date du 8 juillet 1996, il est décidé d’apposer la mention « Mort en déportation » sur les actes de décès de :
    Ackermann (Joseph), né le 11 mai 1922 à Rahling (Moselle), décédé en mars 1945 à Stettin (Pologne).
    Bendiab (Touhami), né en 1911 à Guergour Dpuar Dra-el-Caide (Algérie), décédé le 25 juillet 1944 à Dora (Allemagne).
    Blechmans (Judels, Lejbs), né le 11 juin 1893 à Dvinsk (Lettonie), décédé le 13 août 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Chabre (Georges, Auguste), né le 22 janvier 1915 à Bois-Colombes (Seine), décédé le 2 avril 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Cymerman (Jakob, Ber), né le 17 janvier 1903 à Czyste (Pologne), décédé le 10 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Daniel (Marie, Ange), née le 20 janvier 1876 à Pledeliac (Côtes-du-Nord), décédée le 16 août 1944 à Hartheim (Autriche).
    David (André, Georges), né le 19 mai 1894 à Bordeaux (Gironde), décédé le 10 février 1944 à Oranienbourg-Sachsenhausen (Allemagne).
    Fekete, née Rosmann (Irène) le 31 janvier 1901 à Mihaileni (Roumanie), décédée le 15 mai 1944 à Birkenau (Pologne).
    Focardi (Gino), né le 21 janvier 1909 à Inciza (Italie), décédé le 3 mai 1945 à Lubeck (Allemagne).
    Fouquet (Albert, Jean, Marie, François), né le 16 mars 1902 à Paris (14e) (Seine), décédé le 31 décembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Fridmann, née Schorfer (Doba) en 1886 à Dvinsk (Russie), décédée le 16 novembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Fridmann (Michel), né le 1er février 1878 à Kichinew (Russie), décédé le 16 novembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Fuglesang (Marcelle, Camille), née le 21 février 1903 à Oslo (Norvège), décédée en février 1943 à Birkenau (Pologne).
    Jouve (André, Marie), né le 12 mai 1922 à Tarascon (Bouches-du-Rhône), décédé le 5 mars 1945 à Flossenburg (Allemagne).
    Loeuillot (Raymond, Joseph, Octave), né le 1er février 1909 à Courbevoie (Seine), décédé le 10 janvier 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Molino (Félicien, Auguste), né le 17 mai 1921 à Sète (Hérault), décédé le 7 mai 1945 à Sandbostel (Allemagne).
    Mollet (Paulo), né le 14 juillet 1909 à Pouilly-sur-Loire (Nièvre), décédé le 26 avril 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Molon (Albino, Giovanni), né le 29 mai 1896 à Campagna-Lupia (Italie), décédé le 11 février 1945 en Allemagne.
    Molter (Marie, Anne), née le 20 juin 1896 à Steinbach (Moselle), décédée le 24 juillet 1945 à Braunschweig (Allemagne).
    Moltini (Camille, Antonie), né le 22 mai 1910 à Frouard (Meurthe-et-Moselle), décédé le 1er septembre 1944 en Allemagne.
    Mommessin (Maurice, Claude), né le 23 février 1920 à Mâcon (Saône-et-Loire), décédé en janvier 1945 en Allemagne.
    Momon (Louis), né le 19 juin 1896 à Accolay (Yonne), décédé le 6 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Monamy (Louis, Marie, Gabriel), né le 30 août 1903 à Rougnat (Creuse), décédé le 26 février 1945 à Neckargerach (Allemagne).
    Monange (Charles, Emile), né le 15 juillet 1920 à Saint-Pierre-de-Chandieu (Rhône), décédé le 10 janvier 1944 à Bergen-Belsen (Allemagne).
    Monat (Wolf), né le 28 avril 1885 à Piatogorsky (Russie), décédé le 25 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Monbaillard (Maurice, Pierre, Jules), né le 20 juin 1926 à Verlincthun (Pas-de-Calais), décédé le 15 décembre 1944 à Neuengamme (Allemagne).
    Moncarz (Kiva), née le 28 octobre 1895 à Ochota (Pologne), décédée le 27 avril 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Monce (Maurice, Alexis, Julien), né le 18 mars 1907 à Bordeaux (Gironde), décédé le 15 février 1945 à Neuengamme (Allemagne).
    Monceau (Fernand, Marcel, Abel), né le 6 août 1924 à Avesse (Sarthe), décédé le 23 octobre 1943 à Wittlich (Allemagne).
    Moncel (Joseph, Gabriel), né le 17 mai 1904 à Saint-Etienne-des-Oullières (Rhône), décédé le 29 novembre 1944 à Buchenwald (Allemagne).
    Monclus Roig (Joseph), né le 16 octobre 1897 à Calaccite (Espagne), décédé le 21 novembre 1941 à Mauthausen (Autriche).
    Moncourier (Jean, Louis), né le 19 août 1876 à Liginiac (Corrèze), décédé le 21 août 1944 à Hartheim (Autriche).
    Moncourier (Paul, Laurent), né le 16 avril 1905 à Saint-Rambert-en-Bugey (Ain), décédé le 21 avril 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Moncusi Pallice (Juan), né le 14 novembre 1905 à Reus (Espagne), décédé le 9 novembre 1941 à Gusen (Autriche).
    Mondamey (Léon, Bernard), né le 7 janvier 1879 à Sellières (Jura), décédé le 31 mai 1944 à Buchenwald (Allemagne).
    Mondange (Marcel), né le 4 juillet 1922 à Saint-Ythaire (Saône-et-Loire), décédé le 11 novembre 1944 à Flossenburg (Allemagne).
    Monderer (Berek), né le 2 octobre 1895 à Szaczurow (Pologne), décédé le 8 août 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Mondhard (Maurice, Eugène), né le 4 juillet 1899 à Caen (Calvados), décédé le 15 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Mondie (Ludovic, Louis), né le 30 avril 1892 à Montouliers (Hérault), décédé le 1er avril 1944 à Dora (Allemagne).
    Mondon (Bernard, Marius, Pierre), né le 31 août 1923 à Sepx (Haute-Garonne), décédé le 5 mai 1944 à Bergen-Belsen (Allemagne).
    Mondschein (Jacques), né en août 1909 à Husiatyn (Pologne), décédé le 8 juillet 1972 à Auschwitz (Pologne).
    Monduel (Francisque), née le 29 novembre 1901 à Parmilieu (Isère), décédée en août 1944 à Dachau (Allemagne).
    Moneger (Jean, Léonard), né le 14 juillet 1911 à Paris (13e) (Seine), décédé le 3 juillet 1944 à Dachau (Allemagne).
    Monestier (Maurice, Jean), né le 24 mars 1923 à Youx (Puy-de-Dôme), décédé le 10 mai 1945 à Alberstadt (Allemagne).
    Monet (Maurice, Louis, Eugène), né le 30 juin 1918 à Belleydoux (Ain), décédé en avril 1945 à Bergen-Belsen (Allemagne).
    Monganaste (Etienne, Henri), né le 26 janvier 1898 à Châlons-sur-Marne (Marne), décédé postérieurement au 24 août 1944 à Neuengamme-Hambourg (Allemagne).
    Mongay Turmo (Manuel), né le 9 février 1904 à Binefar (Espagne), décédé le 4 août 1941 à Gusen (Autriche).
    Monge (André, Jules), né le 6 avril 1913 à Saint-Dié (Vosges), décédé le 11 avril 1945 à Hradischko (Tchécoslovaquie).
    Monichon (René, François), né le 17 février 1889 à Jarnac (Charente), décédé le 27 janvier 1945 à Dachau (Allemagne).
    Monier (Alexis, Jean), né le 5 septembre 1888 à Vodable (Puy-de-Dôme), décédé le 20 avril 1945 à Neuengamme-Hambourg (Allemagne).
    Monier (Antoine, Germain, Marius), né le 14 juillet 1886 à Mas Saintes-Puelles (Aude), décédé le 28 février 1945 à Buchenwald (Allemagne).

    27 août 1996 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE page 12850

    Monier (Charles, Gabriel), né le 16 juin 1897 à Saint-Donat-sur-l’Herbasse (Drôme), décédé le 11 août 1944 à Hartheim (Autriche).
    Monier (Emile, Aimé), né le 6 octobre 1907 à La Tour-du-Pin (Isère), décédé le 2 avril 1945 à Nordhausen (Allemagne).
    Moyse, née Levy (Eve, Hermance) le 2 septembre 1891 à Marckolsheim (Bas-Rhin), décédée le 7 septembre 1943 à Auschwitz (Pologne).
    Moyse (Jules), né le 17 mai 1889 à Saint-Mihiel (Meuse), décédé le 7 septembre 1943 à Auschwitz (Pologne).
    Peault (Marcel, Alexandre, Félix), né le 24 septembre 1899 à Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), décédé le 17 mars 1944 à Buchenwald (Allemagne).
    Pebeyre (Pierre, Louis), né le 27 octobre 1926 à Estillac (Lot-et-Garonne), décédé en juillet 1944 (sans autre renseignement).
    Pecatier (Maurice, Léon), né le 6 octobre 1912 à Paris (14e) (Seine), décédé le 17 mars 1945 à Buchenwald (Allemagne).
    Pechard (Eugène, Emile), né le 7 mai 1898 au Mans (Sarthe), décédé le 10 avril 1945 à Bergen-Belsen (Allemagne).
    Pechard (Robert, André), né le 14 juin 1922 à Paris (15e) (Seine), décédé le 9 mai 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Peche (André), né le 23 août 1920 à Paris (14e) (Seine), décédé le 13 janvier 1945 à Leitmeritz (Tchécoslovaquie).
    Pechereau (Auguste, Joseph, Henri), né le 6 juin 1892 à La Roche-sur-Yon (Vendée), décédé le 1er juillet 1946 (sans autre renseignement).
    Pechereau (Auguste, Justin, Marie, Léon), né le 1er juin 1898 au Poiré-sur-Vie (Vendée), décédé le 5 mars 1945 à Ohrdruf (Allemagne).
    Pechieras (René), né le 22 octobre 1923 à Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne), décédé le 24 mai 1945 à Ebensee (Autriche).
    Pechin (Edouard, Charles), né le 17 septembre 1894 à Seloncourt (Doubs), décédé le 16 février 1945 à Dachau (Allemagne).
    Pechin (Jules, Alfred), né le 9 juin 1872 à Dasle (Doubs), décédé le 11 décembre 1944 à Dachau (Allemagne).
    Pechou (François, Pierre, Simon), né le 21 février 1886 à Pauligne (Aude), décédé le 10 mars 1945 à Siegburg (Allemagne).
    Pechoux (Albert, Georges), né le 24 décembre 1918 à Bornay (Jura), décédé le 4 décembre 1944 à Mauthausen (Autriche).
    Pechoux (Charles, Arsène), né le 15 juin 1897 à Thoirette (Jura), décédé le 2 septembre 1943 à Mauthausen (Autriche).
    Pecker, née Herrmann (Catherine, Nelly) le 11 mars 1892 à Reims (Marne), décédée le 4 juin 1944 à Auschwitz (Pologne).
    Pecker (Marc, Raphaël), né le 22 novembre 1891 à Paris (14e) (Seine), décédé le 1er août 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Pecker (Victor, Noël), né le 23 novembre 1893 à Maule (Seine-et-Oise), décédé le 28 mars 1945 à Ebensee (Autriche).
    Peckett (Derek, Arthur, William), né le 27 décembre 1923 à Londres (Grande-Bretagne), décédé le 11 avril 1945 à Gardelegen (Allemagne).
    Peco-Navarro (Félix), né le 31 décembre 1904 à Fuentes de Ebro (Espagne), décédé le 30 décembre 1941 à Gusen (Autriche).
    Pecourt (Michel, Auguste, Pierre, Pascal), né le 17 mai 1922 à Berck (Pas-de-Calais), décédé le 3 mars 1945 à Dora (Allemagne).
    Pecourt (Pierre, Fernand), né le 28 juin 1921 à Doullens (Somme), décédé le 31 octobre 1944 en Allemagne.
    Pecquet (Georges, Pierre, Auguste), né le 15 novembre 1903 à Villers-Bretonneux (Somme), décédé le 19 février 1944 à Dora (Allemagne).
    Pecqueur (Jules), né le 13 janvier 1892 à Roubaix (Nord), décédé le 9 janvier 1945 à Hambourg-Neuengamme (Allemagne).
    Pecqueux (Jules, Louis), né le 19 avril 1912 à Tugny-et-Pont (Aisne), décédé le 4 avril 1945 à Bad-Gandersheim (Allemagne).
    Pecriaux (Auguste, Raymond, Alphonse), né le 20 février 1920 à Calais (Pas-de-Calais), décédé le 5 mars 1945 à Hamburg-Neuengamme (Allemagne).
    Pedard (André, Vincent), né le 22 septembre 1925 à La Châtre (Indre), décédé le 12 juin 1944 à Neuengamme-Wilhemschaffein (Allemagne).
    Pedot (Richard, Désiré, Fortuné), né le 12 février 1900 à Boves (Somme), décédé le 15 janvier 1944 à Dora (Allemagne).
    Pedraza Paniagua (Aurélio), né le 1er décembre 1906 à Berrocalejo (Espagne), décédé le 14 novembre 1941 à Gusen (Autriche).
    Pedretti (Paul, André), né le 17 août 1903 à Rothau (Bas-Rhin), décédé le 29 mars 1945 à Buchenwald (Allemagne).
    Pedrola-Rovira (Estanislao), né le 9 décembre 1907 à Montbric de Tarragona (Espagne), décédé le 7 décembre 1944 à Flossenburg (Allemagne).
    Pedroletti (Honoré, Marcel), né le 6 décembre 1909 à Saint-Claude (Jura), décédé le 30 avril 1945 à Belsen (Allemagne).
    Pedron (Emile, André, Ange), né le 15 avril 1897 à Calorguen (Côtes-du-Nord), décédé le 26 janvier 1945 à Melk (Autriche).
    Pedrono (Raymond, Jean, Auguste), né le 3 décembre 1924 à Loudéac (Côtes-du-Nord), décédé le 13 mars 1945 à Ohrdruf (Allemagne).
    Peduzzi (Alexis), né le 26 juin 1907 à Senignano (Italie), décédé en janvier 1945 en Allemagne.
    Peersman (Noël, Albert), né le 16 décembre 1912 à Armbouts-Cappel (Nord), décédé le 22 février 1945 à Bergen-Belsen (Allemagne).
    Pegard (Marie, Jean, Léon), né le 16 juin 1903 à Woirel (Somme), décédé le 17 mars 1944 à Flossenburg (Allemagne).
    Pegard (Maurice, Victor, Raymond), né le 9 mai 1926 à Fougères (Ille-et-Vilaine), décédé le 1er août 1944 à Dachau (Allemagne).
    Pegliasco (Joseph, Ange, Thérésius), né le 25 avril 1920 à Nice (Alpes-Maritimes), décédé le 2 juillet 1944 à Dachau (Allemagne).
    Pegna (Adolphe, Savator), né le 21 décembre 1869 à Constantinople (Turquie), décédé le 12 mars 1944 à Auschwitz (Pologne).
    Peguet (Louis, Désiré), né le 7 octobre 1901 à Grez-sur-Loing (Seine-et-Marne), décédé le 10 novembre 1944 à Dora (Allemagne).
    Peguy (Maurice, Désiré), né le 15 janvier 1920 à Chevillon-sur-Huillard (Loiret), décédé en février 1945 en Allemagne.
    Peiffer (Joseph, Jean), né le 18 décembre 1916 à Sarralbe (Moselle), décédé le 6 janvier 1945 à Dachau (Allemagne).
    Peillard (Alphonse, Victor, Marius), né le 21 juillet 1902 à Pierrelatte (Drôme), décédé le 5 mai 1944 à Flossenburg (Allemagne).
    Peillet (Henri, Georges), né le 17 avril 1908 à Deux-Guiers (Isère), décédé le 9 février 1945 à Weimar (Allemagne).
    Peillex (Alexandre, François), né le 16 février 1906 à Coupy (Ain), décédé le 5 mai 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Peim, née Kanterowitch (Cécile) le 21 décembre 1889 à Paris (12e) (Seine), décédée le 23 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Peim (Elie), né le 17 avril 1884 à Saint-Pétersbourg (Russie), décédé le 16 février 1943 à Auschwitz (Pologne).
    Peinet (Marcel), né le 17 avril 1912 à Tournus (Saône-et-Loire), décédé le 6 février 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Peiro Esteban (Manuel), né le 7 décembre 1900 à Monta (Espagne), décédé le 15 janvier 1945 à Melk (Autriche).
    Peissak (Moïse), né le 14 février 1896 à Grodno (Russie), décédé le 18 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Pejo Soriano (Juan), né le 12 septembre 1908 à Barcelone (Espagne), décédé le 29 janvier 1942 à Gusen (Autriche).
    Pejot (Antony, Pierre), né le 24 mai 1901 à Pierrefitte-sur-Sauldre (Loir-et-Cher), décédé le 2 mai 1945 à Sandbostel (Allemagne).
    Pejot (Marc, Joseph), né le 19 mars 1925 à Saint-Hilaire- de-la-Côte (Isère), décédé le 8 mars 1945 à Gusen (Autriche).
    Pejouan (Marcel, Lucien), né le 26 novembre 1909 à Miramas (Bouches-du-Rhône), décédé le 25 mars 1945 à Leo-Bergemburg (Allemagne).
    Pekar (Joseph), né le 28 avril 1920 à Paris (12e) (Seine), décédé le 28 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Peker (Henri), né le 14 août 1909 à Mold Banilla (Roumanie), décédé le 9 août 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Pekker (Sali), né en 1892 à Grodno (Pologne), décédé le 27 juin 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Pelade (Adrien), né le 3 novembre 1917 à Saint-Rémy- sur-Durolle (Puy-de-Dôme), décédé le 15 avril 1945 à Amtesters (Autriche).
    Pelaez Suarez (Jésus), né le 25 novembre 1916 à Soto de Luina (Espagne), décédé le 16 septembre 1941 à Gusen (Autriche).
    Pelaez Torres (Antonio), né le 12 août 1918 à Porcuna (Espagne), décédé le 25 juillet 1944 à Linz (Autriche).
    Pelat (René, Pierre, Jules), né le 9 juillet 1905 à Domène (Isère), décédé le 24 mars 1944 à Buchenwald-Dora (Allemagne).
    Pelatan (Victor, Auguste, Adrien), né le 29 mai 1924 à Fontaine (Isère), décédé en février 1945 à Bergen-Belsen (Allemagne).
    Pelcman, née Persch (Esther, Chanka) le 8 novembre 1893 à Varsovie (Pologne), décédée le 15 février 1944 à Auschwitz (Pologne).
    Pelcman (Jacob), né en 1887 à Lublin (Pologne), décédé le 23 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Pelcman (Lejbus), né le 14 juin 1902 à Leczna (Pologne), décédé le 2 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Pelcot (André, Félix, Ernest), né le 10 février 1893 à Roissy (Seine-et-Marne), décédé le 13 mars 1944 à Dora (Allemagne).
    Pele (Marcel, Ernest, Louis), né le 18 janvier 1898 à Fougères (Ille-et-Vilaine), décédé le 8 décembre 1943 à Weimar-Buchenwald (Allemagne).
    Peleau (René, Marie, Gabriel, Augustin), né le 23 février 1877 à Saint-Sornin (Charente-Maritime), décédé le 15 mars 1943 à Sachsenhausen (Allemagne).
    Pelegay Villoque (Caye), né le 22 avril 1898 à Boquitrimo (Espagne), décédé le 15 février 1945 à Neuengamme (Allemagne).
    Pelegri (Albert), né le 6 décembre 1917 à Capdenac-Gare (Aveyron), décédé le 7 octobre 1945 à Saint-Blasien (Allemagne).

    27 août 1996 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE page 12851

    Pelfort (Marius, Lucien, Germain), né le 24 octobre 1904 à Toulouse (Haute-Garonne), décédé le 11 décembre 1944 à Hersbruck (Allemagne).
    Pelias (Léon, Marcel), né le 9 juillet 1910 à Limoges (Haute-Vienne), décédé le 23 novembre 1944 à Flossenburg (Allemagne).
    Pelichet (Marius, Jean), né le 24 septembre 1924 au Havre (Seine-Maritime), décédé le 7 mars 1945 à Nordhausen (Allemagne).
    Peligrain (Emile), né le 5 mars 1913 à Vigneulles-lès- Hattonchâtel (Meuse), décédé le 27 novembre 1944 à Brandenburg (Allemagne).
    Pelissie (Jacques, Georges), né le 8 juillet 1922 à Asnières- sur-Seine (Seine), décédé le 21 janvier 1945 à Buchenwald (Allemagne).
    Pelissier (Marius, Louis, Charles), né le 14 septembre 1914 à Colombier-le-Vieux (Ardèche), décédé le 16 février 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Pelisson (Joseph, Cyprien, Ernest), né le 1er juin 1895 à Lantenay (Ain), décédé le 6 novembre 1944 à Flossenburg (Allemagne).
    Pellard (Victor, Emile), né le 24 septembre 1907 à Asnières-sur-Seine (Seine), décédé le 12 janvier 1944 à Weimar- Buchenwald (Allemagne).
    Pelle (Jean, Marcel), né le 6 janvier 1922 à Hirson (Aisne), décédé le 30 décembre 1944 à Drutte (Allemagne).
    Pelle Desforges (Henri, Léon, André), né le 6 avril 1885 à Angers (Maine-et-Loire), décédé le 2 mars 1944 à Buchenwald (Allemagne).
    Pellegrin (René, Blaise), né le 22 juin 1916 à Crest (Drôme), décédé le 6 mai 1945 à Flensburg (Allemagne).
    Pellegrina (Ernest), né le 31 juillet 1899 à Rigolato (Italie), décédé le 22 avril 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Pellerin (Jean, Marie, Joseph), né le 3 janvier 1925 à Nantes (Loire-Atlantique), décédé le 25 février 1945 à Ellrich (Allemagne).
    Pellet, née Baud (Marguerite) le 12 août 1904 à Lyon (5e) (Rhône), décédée le 20 mars 1945 à Amstetten (Autriche).
    Pellet-Collet, née Poussineau (Claire, Madeleine) le 20 septembre 1889 à Voves (Eure-et-Loir), décédée le 31 décembre 1944 à Ravensbruck (Allemagne).
    Pelletan (François, René, Jean), né le 7 juillet 1911 à Pauillac (Gironde), décédé le 31 octobre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Pelletier (Daniel, Arsène), né le 25 août 1925 à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier), décédé le 11 avril 1945 à Mieste (Allemagne).
    Pelletier (Ferdinand, Louis), né le 5 septembre 1899 à La Flèche (Sarthe), décédé le 1er juillet 1946 (sans autre renseignement).
    Pelletier (Franc), né le 19 avril 1879 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), décédé le 5 septembre 1944 à Mauthausen (Autriche).
    Pelletier (François), né le 1er septembre 1888 à Saint-Yan (Saône-et-Loire), décédé le 15 mars 1944 à Sonneburg (Allemagne).
    Pelletier (François), né le 23 mai 1901 à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier), décédé le 11 avril 1945 à Mieste (Allemagne).
    Pelletier (Gaston, Eugène), né le 24 avril 1908 à Saint-Firmin (Saône-et-Loire), décédé le 18 septembre 1942 à Auschwitz(Pologne).
    Pelletier (Henri, Alfred, Désiré), né le 7 août 1901 à Wizernes (Pas-de-Calais), décédé courant janvier 1945 en Allemagne.
    Pelletier (Lucien, Roger), né le 17 mai 1895 à Paris (3e) (Seine), décédé le 4 janvier 1944 à Mauthausen (Autriche).
    Pelletier (Lucien, Eugène), né le 19 septembre 1904 à Yvetot (Seine-Maritime), décédé le 31 décembre 1942 à Auschwitz (Allemagne).
    Pelletier (Raymond, Ernest, Noël), né le 16 juillet 1903 à Morigny-Champigny (Seine-et-Oise), décédé le 1er avril 1945 à Nordhausen (Allemagne).
    Pellicioli (Marcel, Roger), né le 5 mai 1923 à Montesson (Seine-et-Oise), décédé le 9 mars 1945 à Nordhausen (Allemagne).
    Pellier (Jean, Raymond), né le 6 juillet 1925 à Mont-Saxonnex (Haute-Savoie), décédé le 22 septembre 1944 à Kassel (Allemagne).
    Pellissier (Pierre, Jacques, François), né le 18 décembre 1894 à Lyon (1er) (Rhône), décédé le 15 avril 1945 (sans autre renseignement).
    Pellizzaro (Camillo), né le 27 juin 1924 à Recoaro Terme (Italie), décédé le 10 avril 1945 à Duttmergen (Allemagne).
    Pellizzaro (Giuseppe), né le 25 novembre 1919 à Recoaro Terme (Italie), décédé le 10 février 1945 à Schoerzingen (Allemagne).
    Pelloux (Fernand, Jacques, Alix), né le 28 septembre 1899 à Saix (Hautes-Alpes), décédé le 13 novembre 1944 à Melk (Autriche).
    Pelluault (Roger, Louis), né le 23 octobre 1920 à Magenta (Marne), décédé le 8 novembre 1943 à Buchenwald (Allemagne).
    Pelosof (Edgard), né le 25 décembre 1900 à Salonique (Grèce), décédé en mars 1944 à Auschwitz (Pologne).
    Pelot (Marc), né le 23 mai 1923 à Lyon (2e) (Rhône), décédé le 26 avril 1945 à Ebensee (Autriche).
    Pelta (Idel), né le 27 juillet 1895 à Ossiakow (Russie), décédé en juin 1944 à Auschwitz (Pologne).
    Pelta (Léon), né le 20 juin 1936 à Paris (13e) (Seine), décédé le 7 août 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Pelta, née Sztarkman (Mnycha, Dwojra) en 1915 à Ostrow (Pologne), décédée le 7 août 1944 à Auschwitz (Pologne).
    Pelta (Raymond), né le 22 décembre 1922 à Paris (12e) (Seine), décédé en juin 1944 à Auschwitz (Pologne).
    Pelta (Zalma), né le 24 mars 1905 à Lututow (Pologne), décédé le 12 août 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Petitjean (Eugène, Espérance), né le 11 juillet 1881 à Saint- Nabord-sur-Aube (Aube), décédé le 30 août 1944 à Buchenwald (Allemagne).
    Philippe (Désiré, Louis, Marie), né le 2 mai 1890 à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord), décédé le 15 janvier 1945 à Farge (Allemagne).
    Pimort (Paul, Gaston, Julien), né le 13 avril 1902 à Rouen (Seine-Maritime), décédé le 9 février 1945 à Weimar-Buchenwald (Allemagne).
    Prioul (Eugène, Mathurin, Marie), né le 28 décembre 1910 à Pleucadeuc (Morbihan), décédé le 10 février 1945 à Neuengamme (Allemagne).
    Ragon (Gaston, Joseph, Alphonse), né le 19 novembre 1902 à Saint-Aubain (Belgique), décédé le 25 mai 1944 à Mauthausen (Autriche).
    Rancez (Frédéric, Paul, Clément), né le 10 janvier 1903 à Puteaux (Seine), décédé le 20 novembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Roth (Abraham), né le 30 mars 1874 à Simand (Roumanie), décédé le 3 octobre 1942 à Auschwitz (Autriche).
    Roth, née Schonberger (Lina) le 6 janvier 1872 à Oradea (Roumanie), décédée le 3 octobre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Rousseau (Victor, Jean-Jacques), né le 2 juillet 1907 à Courbevoie (Seine), décédé le 17 août 1943 à Natzwiller-Struthof (Bas-Rhin).
    Rychner (Aron), né le 25 juin 1882 à Jarky (Pologne), décédé le 11 novembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Rychner, née Schwrienner (Chaja) en 1887 à Bendzin (Pologne), décédée le 11 novembre 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Ryczke (Simon), né le 4 novembre 1901 à Konin (Pologne), décédé le 9 avril 1945 à Gusen (Autriche).
    Rydlewicz, née Hecht (Dwojra) le 23 mai 1906 à Janow (Pologne), décédée le 25 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne).
    Rygier (Naftula), né le 15 février 1907 à Szczekoumy (Pologne), décédé en avril 1944 à Auschwitz (Pologne).
    Saal (Isaac), né le 2 juin 1884 à Damas (Syrie), décédé le 25 janvier 1945 à Auschwitz (Pologne).
    Schneider (Sholoum), né le 1er septembre 1905 à Odessa (Russie), décédé le 8 avril 1945 à Melk (Autriche).
    Seigneurie (René, Raymond, Charles), né le 28 octobre 1898 à Nogent-sur-Oise (Oise), décédé le 28 avril 1945 à Mauthausen (Autriche).
    Siberghien (Simon), né le 20 mai 1906 à Tourcoing (Nord), décédé en décembre 1944 à Gross Rosen (Allemagne).
    Vergniol (Antoine), né le 19 octobre 1885 à Blida (Algérie), décédé le 1er mars 1943 à Sachsenhausen (Allemagne).
    Wacogne (Marcel, François, Louis), né le 17 mars 1896 à Trouville-sur-Mer (Calvados), décédé le 24 avril 1945 à Dora (Allemagne).
    La mention « Mort en déportation » ainsi que les rectifications des date et lieu de décès sont portées sur les jugements déclaratifs de décès de :
    Ackermann, née Rogozinska (Itta, Szulamit) le 10 juin 1911 à Kalisz (Pologne), décédée le 1er août 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 27 juillet 1942 à Drancy (Seine).
    Borksztejn, née Lurje (Chaja) le 12 avril 1908 à Dvinsk (Lituanie), décédée le 31 août 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 26 août 1942 à Drancy (Seine).
    Braun (Aleksa), né le 2 avril 1890 à Osijek (Serbie), décédé le 23 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 18 septembre 1942 à Drancy (Seine).
    Brynhole (Pinches, Morka), né le 15 mars 1894 à Tomaszow (Pologne), décédé le 11 mars 1943 à Lublin-Maidanek (Pologne) et non le 6 mars 1943 à Drancy (Seine).
    Mochal (Bariz, dit Bernard), né le 11 mai 1927 à Paris (10e) (Seine), décédé le 30 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 25 septembre 1942 à Drancy (Seine).
    Monacevitch (Abraham, Leib), né le 5 novembre 1892 à Kovno (Russie), décédé le 11 mars 1943 à Lublin-Maidanek (Pologne) et non le 6 mars 1943 à Drancy (Seine).

    27 août 1996 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE page 12852

    Moncarz (David, Victor), né le 3 février 1933 à Paris (12e) (Seine), décédé le 15 février 1944 à Auschwitz (Pologne) et non le 10 février 1944 à Drancy (Seine).
    Moncarz (Hélène), née le 22 février 1940 à Paris (12e) (Seine), décédée le 15 février 1944 à Auschwitz (Pologne) et non le 10 février 1944 à Drancy (Seine).
    Moncarz (Jacques), né le 3 juin 1935 à Paris (12e) (Seine), décédé le 15 février 1944 à Auschwitz (Pologne) et non le 10 février 1944 à Drancy (Seine).
    Moncarz (Majer), né en 1902 à Kock (Pologne), décédé le 2 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 27 juin 1942 à Beaune-la-Rolande (Loiret).
    Moncarz, née Hasfoigel (Tauba) en 1902 à Lubartow (Pologne), décédée le 15 février 1944 à Auschwitz (Pologne) et non le 10 février 1944 à Drancy (Seine).
    Mond (Esther), née le 26 mai 1933 à Paris (12e) (Seine), décédée le 26 août 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 21 août 1942 à Drancy (Seine).
    Mond, née Grubsztajn (Frajdla) en 1894 à Szydowiec (Pologne), décédée le 12 août 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 7 août 1942 à Pithiviers (Loiret).
    Mond (Srul), né le 1er mars 1892 à Lublin (Pologne), décédé le 10 août 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 5 août 1942 à Beaune-la-Rolande (Loiret).
    Mondor, née Levy (Julienne) le 27 janvier 1891 à Schalbach (Moselle), décédée le 25 janvier 1944 à Auschwitz (Pologne) et non le 20 janvier 1944 à Drancy (Seine).
    Mondor (Marcel), né le 21 décembre 1890 à Paris (16e) (Seine), décédé le 25 janvier 1944 à Auschwitz (Pologne) et non le 20 janvier 1944 à Drancy (Seine).
    Peigne (Marcel, Roger), né le 20 novembre 1901 à Paris (18e) (Seine), décédé le 20 mai 1944 à Kaunas-Reval (Lituanie-Estonie) et non le 15 mai 1944 à Drancy (Seine).
    Peim (Berel), né le 6 janvier 1878 à Schadowa (Russie), décédé le 25 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 20 septembre 1942 à Pithiviers (Loiret).
    Peissine (Guerchon), né le 23 août 1900 à Smolensk (Russie), décédé le 11 mars 1943 à Lublin-Maidanek (Pologne) et non le 6 mars 1943 à Drancy (Seine).
    Pelosoff (Joseph), né le 12 mars 1892 à Salonique (Grèce), décédé le 12 octobre 1943 à Auschwitz (Pologne) et non le 7 octobre 1943 à Drancy (Seine).
    Pelta (David), né le 2 juin 1899 à Ossiakov (Pologne), décédé le 27 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 22 juillet 1942 à Drancy (Seine).
    Rychter (Israël, Icek), né le 30 octobre 1902 à Jarnow (Pologne), décédé le 2 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 27 juin 1942 à Beaune-la-Rolande (Loiret).
    Ryczywol (Jacques), né le 24 mars 1940 à Paris (13e) (Seine), décédé le 5 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 31 août 1942 à Drancy (Seine).
    Ryczywol (Luba), né le 30 juillet 1934 à Paris (13e) (Seine), décédé le 5 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 31 août 1942 à Drancy (Seine).
    Ryczywol (Léon), né le 11 août 1937 à Paris (13e) (Seine), décédé le 5 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 31 août 1942 à Drancy (Seine).
    Ryczywol (Maurice), né le 10 septembre 1930 à Paris (12e) (Seine), décédé le 5 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 31 août 1942 à Drancy (Seine).
    Ryczywol (Odette, Aïda), née le 2 janvier 1932 à Paris (11e) (Seine), décédée le 5 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 31 août 1942 à Drancy (Seine).
    Ryczywol (Rosette), née le 9 mai 1936 à Paris (13e) (Seine), décédée le 5 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 31 août 1942 à Drancy (Seine).
    Steinberg (Ruwin), né le 14 mai 1901 à Chisinau (Roumanie), décédé le 19 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne) et non le 14 septembre 1942 à Drancy (Seine).
    Weill (Jean, Georges), né le 20 juin 1900 à Colombes (Seine), décédé le 18 février 1943 à Auschwitz (Pologne) et non le 13 février 1943 à Drancy (Seine).
    Conformément à l’article 5 de la loi no 85-528 du 15 mai 1985, l’apposition de cette mention en marge des actes et jugements déclaratifs de décès sera effectuée à l’expiration du délai d’un an fixé par ladite loi, après la publication du présent arrêté, et sous réserve qu’aucune opposition n’ait été formulée par un ayant cause devant un tribunal de grande instance.

    (Espagne), décédé le 14 novembre 1941 à

  17. Pour la ville de Mauthausen, voir l’article Mauthausen (ville)

    Le camp de Mauthausen, parfois également appelé simplement Mauthausen, était un camp de concentration instauré par le régime nazi du IIIe Reich. Il est aussi connu après l’été 1940 sous le nom Mauthausen-Gusen. Il se développa pour devenir l’un des plus grands complexes concentrationnaires nazis, avec plusieurs camps construits autour des villages de Mauthausen et Gusen et de nombreux camps annexes.

    Le premier camp ouvre en août 1938 après l’Anschluss, non loin du village de Mauthausen, situé sur la rive du Danube, à 22 km en aval (est) de Linz en Haute-Autriche.

    En plus des 4 camps situés à Mauthausen et dans les environs de Gusen, plus de 50 camps annexes, situés en Autriche et dans le sud de l’Allemagne dépendaient du complexe de Mauthausen, utilisant les prisonniers comme main d’œuvre. Parmi les camps annexes du KZ Mauthausen se trouvaient des carrières, des fabriques de munitions, des mines, des usines d’armement et d’assemblage d’avions.

    En janvier 1945, l’ensemble des camps dirigés depuis le bureau central de Mauthausen rassemblaient plus de 85 000 prisonniers. Il est difficile de connaître le nombre exact de déportés morts dans le complexe de Mauthausen. D’après l’Amicale de Mauthausen et les historiens, on estime que plus de 118 000 personnes y ont été exterminées (fusillées, gazées, etc.), déportées de tous les pays d’Europe, résistants, Juifs, Tsiganes… C’est plus de la moitié des déportés à Mauthausen qui n’y ont pas survécu

    Les deux camps principaux Mauthausen et Gusen I étaient les deux seuls camps du système concentrationnaire nazi en Europe classés « Camps de niveau III », ce qui signifiait qu’ils étaient destinés à être les camps les plus durs à l’intention des « ennemis politiques incorrigibles du Reich ». Mauthausen était plus particulièrement destiné à l’élimination par le travail de l’intelligentsia opposée au régime nazi.

  18. Cette baraque est d’origine.

    La seule chose inexacte, ce sont les lits. En réalité ils étaient à trois étages et non deux comme ici. J’avais 18 ans, je couchais en haut, la personne âgée était en bas. J’y suis passé en 1943. Au début on couchait à deux par lit, ça faisait six personnes dans un châlit. Mais on n’était pas six Français (il y avait vingt à vingt-trois nationalités ici).

    Le premier grave problème ici ,c’était la langue allemande, quand on arrivait. Les premiers mots d’allemand qu’il fallait apprendre, c’était son matricule.

    La première trempe que j’ai prise c’est sur la place d’appel, au garde à vous : je n’ai pas répondu à mon matricule 34 534, j’ai pris une bonne trempe, je suis resté assommé; j’avais 18 ans, j’ai appris mon numéro dans la nuit même, j’ai passé la nuit blanche à l’apprendre…

    J’ai eu la chance, si l’on peut dire, de coucher dans la baraque 9, de coucher avec un Allemand qui était dans les camps depuis 1934, il m’a appris quelques mots chaque jour … au bout d’un mois, je connaissais les principaux mots…

    C’était la vie des hommes entre hommes …

    Le chef de block était un droit commun, les Kapos étaient des criminels en puissance. Pour donner une idée de leur sadisme, je peux vous dire que toutes les nuits ils défaisaient les fenêtres, il y avait des courants d’air … on couchait à deux, ensuite à trois, à quatre par lits, tête bêche.

    Le principe ici : un pou c’est ta mort, si on trouvait un pou sur vous on vous tuait. Ils faisaient le contrôle des poux ; s’ils en trouvaient un, ils donnaient vingt-cinq coups de trique sur les reins. Quelquefois doublés, pourquoi ? parce que le camarade qui recevait les coups devait les compter en allemand et comme le Français ne savait pas l’allemand… il n’était pas tué sur le coup mais le lendemain il ne pouvait pas travailler, ses jours étaient comptés… à aucun moment vous ne saviez à quel moment votre vie pouvait s’arrêter … c’était atroce…

    Le problème d’hygiène : si un homme avait un oubli, c’était celui au-dessous qui prenait … on ne peut pas décrire… l’homme qui est en train de mourir, l’homme qui souffre, l’homme qui a un flegmon, l’homme qui a la diarrhée… on ne peut décrire…

    Ici, il y avait le ” Stuben ” qui s’occupait du nettoyage, le ” Friseur ” qui nous rasait avec la tondeuse…

    De l’autre côté, il y avait la distribution du pain, de nourriture. Les conditions de vie ont continuellement changé : au début pour moi, en 1943, on avait un pain coupé en quatre, ensuite ce pain a été coupé de plus en plus petit jusqu’à vingt-quatre parts …ce n’était pas du pain, c’était tout ce qu’on veut mais pas du pain…
    Le vieux que j’étais, pas en âge mais en mois de détention, a vu son estomac se rétrécir tout doucement et quand le très grand rationnement est arrivé, je n’étais pas en état de manger. Mais le camarade qui est arrivé de France en 1944, avec ses quatre-vingt-dix kilogs est mort de faim très rapidement … au bout d’un mois, deux mois, il est mort. c’est une raison de mortalité …

    Moi je dois la vie à toutes les nationalités, j’ai été sauvé par la solidarité et après, à mon tour, j’en ai sauvé car je connaissais l’allemand.

    Le matricule devait toujours être apparent …

    Les conditions de vie changeaient d’un block à l’autre, ça dépendait du chef de block ; dans le block 17 c’était un éthéromane, on l’appelait ” Popeye “, un tueur, il prenait sa bouteille d’éther, il était fou et il tuait… on côtoyait toutes les espèces d’hommes…

    Huit mètres sur douze = quatre-vingt-seize mètres carrés de surface : on couchait à trois cents pendant la quarantaine, on couchait en sardines.

    Ici, c’était les ” toilettes “. On n’avait pas le temps d’uriner, de faire ses besoins… il fallait penser aux camarades qui avaient la diarrhée, c’était la mort… j’ai vu tuer un gars ici parce qu’il ne sortait pas assez vite, un autre s’est pendu ici… c’était un coin atroce… il n’y avait qu’un seul moyen de supprimer la diarrhée, c’était de manger du charbon de bois, donc il fallait en ramener de la forge … ce n’était possible que grâce à la solidarité… grâce à la chaîne humaine de solidarité…Un homme isolé ne vivait que trois jours ici…

    Pour vous laver, vous deviez arriver ici torse nu, le principe était d’arriver à attraper un peu d’eau … un coup d’eau, trois cents personnes en un quart d’heure… il fallait arriver au lavabo… il fallait rester toujours attentif… au coup de matraque… toujours guetter le Kapo…

    Très rarement, on nous a changé nos chemises et les caleçons pour être désinfectés à l’air chaud, mais on ne récupérait pas les mêmes, on récupérait une chemise trop petite, trop grande, avec des excréments séchés, du pus…

    On essayait de nous avilir, de faire de nous une bête… et malgré tout on est resté des êtres humains….

    Roger GOUFFAULT, Mle 34 534 (Mauthausen, Ebensee)

  19. Témoignages…. Pour approfondir…l histoireDE ceux qui ont payé de leur vie, la lutte pour la Liberté, eux aquinous sommes redevables de publier leur histoire,PEDRAZA AURELIO petit filsde Pedraza Paniagua (Aurélio), né le 1er décembre 1906 , à Berrocalejo (Espagne), décédé le 14 novembre 1941 à Gusen (Autriche).

  20. Vert et je te veux vert.
    Vent vert. Vertes branches.
    Le bateau sur la mer,
    le cheval dans la montagne.
    L’ombre autour de la ceinture,
    elle rêve à son balcon,
    chair verte, verts cheveux
    avec des yeux d’argent froid.
    Vert et je te veux vert.
    Dessous la lune gitane,
    toutes les choses la regardent
    mais elle ne peut pas les voir.

    Vert et je te veux vert.
    De grandes étoiles de givre
    suivent le poisson de l’ombre
    qui trace à l’aube son chemin.
    Le figuier frotte le vent
    à la grille de ses branches
    et la montagne, chat rôdeur,
    hérisse ses durs agaves.
    Mais qui peut venir? Et par où?
    Elle est là sur son balcon,
    chair verte, cheveux verts,
    rêvant à la mer amère.

    L’ami, je voudrais changer
    mon cheval pour ta maison,
    mon harnais pour ton miroir,
    mon couteau pour ta couverture.
    L’ami, voilà que je saigne
    depuis les cols de Cabra.
    Si je le pouvais, petit,
    l’affaire serait déjà faite.
    Mais moi je ne suis plus moi
    et ma maison n’est plus la mienne.

    L’ami, je voudrais mourir dans
    mon lit, comme tout le monde.
    Un lit d’acier, si possible,
    avec des draps de hollande.
    Vois-tu cette plaie qui va
    de ma poitrine à ma gorge?
    Il y a trois cents roses brunes
    sur le blanc de ta chemise.
    Ton sang fume goutte à goutte
    aux flanelles de ta ceinture.
    Mais moi je ne suis plus moi et
    ma maison n’est plus la mienne.
    Laissez-moi monter au moins
    jusqu’aux balustrades hautes.
    De grâce, laissez-moi monter
    jusqu’aux vertes balustrades.
    Jusqu’aux balcons de la lune
    là-bas où résonne l’eau.

    Ils montent déjà, tous les deux,
    vers les balustrades hautes.
    Laissant un sentier de sang.
    Laissant un sentier de larmes.
    Sur les toitures tremblaient
    des lanternes de fer-blanc.
    Mille tambourins de verre
    déchiraient le petit jour.

    Vert et je te veux vert,
    vent vert, vertes branches.
    Ils ont monté, tous les deux.
    Le vent laissait dans la bouche
    un étrange goût de fiel,
    de basilic et de menthe.
    L’ami, dis-moi, où est-elle?
    Où est-elle, ta fille amère?
    Que de fois elle t’attendait!
    Que de fois elle a pu t’attendre,
    frais visage, cheveux noirs,
    à la balustrade verte!

    Sur le ciel de la citerne
    la gitane se berçait.
    Chair verte, cheveux verts
    avec ses yeux d’argent froid.
    Un petit glaçon de lune
    la soutient par-dessus l’eau.
    La nuit devint toute menue,
    intime comme une place.
    Des gardes civils ivres morts
    donnaient des coups dans la porte.
    Vert et je te veux vert.
    Vent vert. Vertes branches.
    Le bateau sur la mer,
    le cheval dans la montagne.

  21. Je me souviens de ce jour de la mort de Franco, en 1975 , je me trouvais dans un bal populaire et l’orchestre a annoncé la mort de franco , nous avons sauté de joie et l’orchestre a joué l’internationale, un grand moment d’émotion
    Oui, sauté de joie , c’est triste …., mais mes amis avaient des parents qui avaient été fusillés, assassiné par les franquistes
    13/06/2009 10:03Par Ben Boukhtache

    13/

  22. Comme mom GRAND-PERE Pedraza Paniagua (Aurélio), né le 1er décembre 1906 à Berrocalejo (Espagne), décédé le 14 novembre 1941 à Gusen (Autriche). a bientot Estimado dropev pedraza aurelio.

  23. Desde estas paginas quiero agradecer el trabajo que ha realizado nuestra compañera Pilar Pardo para que el documento anterior salga a la luz y que los hijos de deportados en los campos nazis puedan beneficiar de la reparacion economica citada más arriba.
    Pilar Pardo sincero y fraternal abrazo a esta luchadora a bientot Estimadacompañera Pilar Pardo. Pedraza Auelio.

    • Juana Pedraza dice:

      Yo también quiero agradecer desde estas páginas a Pilar Pardo y a los compañeros de esta web Jordi y drope el interés que se han tomado para poder localizar a mi familia en Francia.
      Estaré por aquí para aportar mi granito de arena.
      Saludos.
      Juana Pedraza

  24. Témoignages…. Pour approfondir…l histoireDE ceux qui ont payé de leur vie, la lutte pour la Liberté, eux aquinous sommes redevables de publier leur histoire,PEDRAZA AURELIO petit filsde Pedraza Paniagua (Aurélio), né le 1er décembre 1906 , à Berrocalejo (Espagne), décédé le 14 novembre 1941 à Gusen (Autriche).

  25. dropev dice:

    Agradecer es poco, no tengo mas palabras, el escalofrio me corta el aliento. Para La Memoria Viva tener un amigo como Pedraza Aurelioes es un lujo.
    Mi mas cordial y fraternal abrazo para un Hombre de tan gran envergadura.
    Salud y Memoria amigo Pedraza.

  26. Noel Vidal Ferrera dice:

    Solidario de este tema y comunista de raíz, quisiera agradecer a la Sra Pilar Pardo su importante trabajo de memoria, para que la historia quede viva, (pues hay hechos que deben de mantenerse latentes por su importancia)También a todos los familiares que luchan, por que estos momentos, sean ejemplos, no sólo para la familia, también para los amigos y todos aquellos seres interesados en la historia y sobre todo en la vida. Sabemos que la guerra de la República española, depasa el marco de España, Francia y Alemania. Entrando de completamente en un conflicto mundial, por la cantidad de comunistas y ciudadanos que calleron en defensa de la humanidad. Invito a todos, hacer un poquito de tiempo y leer el libro« Cuba y la defensa de la República Española. (1936-1939) La Habana, 1981. Donde se narra la vida y la obra de los 139 comunistas cubanos caido en la defensa de lo que en ese momento llamaramos la madre Patria.
    Agradezco a Aurélio Pedraza el haberme motivado, directamente en el conocimiento de la vida de su abuelo, el comunista « Aurélio Pedraza Paniagua»
    Gracias a todos.
    Noel Vidal Ferrera miembro de la UNHIC (Unión de Historiadores de Cuba y Secretario de la Asociación Raíces cubanas en Francia)

    • jordicarreno dice:

      Gracias por su comentario Noel, estas páginas están abiertas a cualquier colabaoración que Usted quiera aportar. Pilar Pardo es una luchadora que no pierde el aliento y sigue a fecha de hoy 17 de agosto 2010 buscando, llamando a los ayuntamientos de toda España para localizar posibles decesdientes de los que perdieron su vida en los malditos campos de exterminio nazis.¡Una vez más “chapeau” Señora! Pedro vicente Romero de Castilla Ramos. Presidente de la A.I. La Memoria Viva.

  27. rocio barrio dice:

    hola amigos les escribo por que nesesito de su alluda nesesito saber la vida y hobra de jose hernandez es una investigaion que le agradesere la posible ayuda que me puedan brindar muy agradesida por leer mi mensaje responder a la brebedad gracias me despido

  28. […] (Yonne)Annay-la-CôteAnnay-sur-SereinAnnéotAnnoux Liens connexes : Los herederos de Mauthausen Extremeños hijos de deportados …Momon (Louis), né le 19 juin 1896 à Accolay (Yonne), décédé le 6 juillet 1942 à Auschwitz […]

  29. sergio astzian dice:

    sra PARDO O SR PEDRAZA MI NOMBRE ES SERGIO ASTZIAN VIVO EN ARGENTINA MIS PADRES SON GRIEGOS Y ESTUVIERON EN LA SEGUNDA GUERRA MUNDIAL EN ATENAS. MI ABUELO LLAMADO SARKIS ASTZIAN LO SUBIERON A UNOS VAGONES DE CARGA Y NUNCA MAS LO VIERO Y SUPIERON DE EL , ES LA SEGUNDA VEZ QUE LES ESCRIBO . MI PAPA LLAMADO MARDIROZ ASTZIAN FALLECIO SIN SABER NADA DE SU PADRE , A MI POR SER SU ÑETO ME GUSTARIA SABER EN QUE CAMPO DE CONCENTRACION ESTUVO. SI NO SABEN NADA USTEDES , SI TENDRIAN DATOS DE ALGUNA PERSONA O INSTITUVION DE GRECIA O PERSONA QUE SE DEDICA EN EN DURO TRABAJO DE UBICAR ARCHIVOS DEL HOLOCAUSTO.

  30. pilar cabratosa sender dice:

    TENGO MUCHO INTERES EN CONTACTAR CON FAMILIA DE
    ANDRES OLIVARES FAJARDO, PUES MI PADRE FUE DEPORTADO
    CON EL DESDE PARIS Y CONOCI ALA HIJA DE ANDRES, ANA M
    OLIVARES SEGADOR, PUES YO TENIA SIETE AÑOS Y ESTABAEN PARIS CUANDU ELLA NACIÓ Y TAMBIEN CUANDO ARRESTARON
    A NUESTROS PADRES Y LOS DOS FALLECIERON EN GUSEN´,
    MI PADRE JUAN CABRATOSA FONT EL 30-12-1931Y S,U AMIGO
    ANDRES OLIVARES EL AÑO 1942.
    AGRADECERIA TENER ALGUNA NOTICIA .AFECTUOSAMENTE
    TORROELLA DE MONGRI – GERONA PILAR CABRATOSA SENDER . TF 972-758125

  31. CALERO dice:

    Je m’appel Charles Calero je suis le fils de Manuel Calero Díaz né à Granja de Torrehermosa: il a été prisonnier en France au camp de Gurs, puis déporté à Mautheusen, Dachau, Flossenbürg puis libéré il et parti vivre à Oran en (Algérie). Il à vécu en France de 1962 jusqu’a sa mort le 12 mars 2004. Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements à l’adresse mail: calchar@hotmail.com

  32. forum.liga-ftw.de

    Los herederos de Mauthausen Extremeños hijos de deportados fallecidos en los campos de exterminio naziempiezan a tramitar la indemnización que ofrece el Gobierno francés … | La Memoria Viva

  33. Angel Romero Fernandez dice:

    Francisco Romero Guerrero de Ahillones no murio en el campo de concentracion, es tio mio y murio en paris hace unos años.

  34. querida Pilar Pardo mi historia que no me deja vivir te fue contada por mi hermana Juana Sosa Martinez,soy Mari Carmen pero llevo desde el 2009 que esto es un sin vivir ,por la memoria de mi abuelo me gustaria me ayudaras a saber algo mas,mi yerno me saco que mi abuelo vivio en CAROLINA DEL NORTE ,salia con cuatro nombres mas ESTEFANY SOSAPENA ,JORGE SOSA Y JUAN A.sosa tal y como lo escribo, mi hija se separo y mi yerno jamas quiso decirme como lo habia echo,comprenderas mi impotencia,rabia desazon y tristeza a la vez fue todo en un segundo no cai en ese momento en sacar una copia venia en color rojo a la derecha de la pantala por supuesto primero venia nombre de mi abuelo el primero,que era MIGUEL SOSA TOSTADO que aparace con interrogacion te agradeceria hasta el fin de mis dias si me pudieras ayudar en algo,tiene una historia detras un poco larga ,el fue capturado el 24 de abril de 1944 en francia es de MIAJADAS CACERES.Eternemente agradecida tanto puedas ayudarme como que sea imposible te mando un fraternal brazo por todo tu trabajo. MARI CARMEN SOSA MARTINEZ.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: