Mardi 7 juin 2011, Jorge Semprún est mort.

Foto EFE

Murió Semprún,
En el periódico local de Espalion dispongo de una crónica en la que, cada semana, esribo algo sobre libros. Ahí va lo que saldrá esta semana…
Raquel.

En 1992 , retourné pour la première fois à Buchenwald avec son petit-fils Thomas, Jorge Semprún  disait : Dans quelques années, il n’y aura plus personne pour avoir une mémoire directe des camps d’extermination. Je voulais ce regard différent, sans contact direct avec l’histoire, à mes côtés.

Cette transmission d’un certain savoir me paraît importante…

 Mardi 7 juin 2011, Jorge Semprún est mort.

 Le samedi 29 novembre 1997, au théâtre de Montauban, il donnait une conférence-débat sur le thème « Combat pour la mémoire ». Théâtre comble, public passionné… Soirée inoubliable…

 Je voudrais savoir comment vous, vous arrivez grâce à vos récits… comment avec des souvenirs qui reviennent sans arrêt… comment vous faites pour affronter ces souvenirs, lui demandait une fille de déporté.

 Il répondait : Pendant toute une période je… je n’ai pas pu les affronter justement… les affronter dans l’écriture… Et… il a fallu à peu près quinze ans, l’espace d’une génération pour que cela devienne possible. C’est le sujet de « L’écriture ou la vie ».

 Un autre lui demandait : Quelles sont les racines du mal absolu ?

Il disait : Les racines, les racines du mal absolu ne sont pas dans l’inhumain mais sont dans l’humain… Les racines, sans jeu de
mots, indéracinables du mal absolu, sont dans l’être humain, et dans la liberté de l’être humain. C’est parce que l’être humain est libre qu’il peut choisir, le mal et le bien.

Et il ajoutait cette phrase de René Char : L’homme est capable de faire ce qu’il est incapable d’imaginer.

 Un troisième demandait : Est-ce que vous ne pensez pas que la liberté individuelle passe avant la raison d’Etat ?   … ce qu’on appelle en général raison d’Etat c’est l’arbitraire d’Etat. En général quand on dit raison d’Etat, c’est pour invoquer le secret défense, ou le secret de ci ou le secret de ça, ou les écoutes illégales, c’est-à-dire des choses qui ont contraires à la raison d’Etat : c’est une minorité qui abuse du pouvoir. Si l’Etat n’est pas l’intérêt général, ce n’est pas l’Etat, c’est la faction…

 Et les échanges se poursuivaient, heure après heure… Personne ne quittait la salle…

 Annonçant son prochain roman « Adieu vive clarté », il avait cité ces deux vers de Baudelaire :

            Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres

            Adieu vive clarté de nos étés trop courts…

 Minuit passé, Jorge Semprún, toujours disponible, dédicaçait ses livres… Sur la page de titre de « L’écriture ou la vie », il avait écrit : Pour une fille de Rouge qui a connu le camp de Septfonds.

Affectueusement.

J. Semprun.

Nota: Voluntariamente no se ha traducido el texto en francés que Raquel nos envia.

2 respuestas a Mardi 7 juin 2011, Jorge Semprún est mort.

  1. Raquel Arto dice:

    Jorge Semprún; poema en honor de los dos héroes Vía y Cristino:

    Dejadme a solas con la muerte mía
    vida mía
    la muerte de Cristino la de Vía
    la muerte cada noche y cada día
    deshojando claveles de alegría
    vida mía
    dejadme a solas con la gente mía
    vida mía
    con los hombres del campo de la mina
    de las ciudades tristes mira mira
    cómo forjan la luz día tras día
    vida mía
    mira alegre la estrella vida mía
    el rayo azul en la alta serranía
    mira alegre la vida vida mía
    que se prepara entre la muerte fría
    la muerte de Cristino la de Vía
    razón de nuestra vida vida mía”

  2. Raquel Arto dice:

    El 11de abril del año pasado.
    Se celebraba el 65 aniversario de la liberación de Buchenwald.
    Reconocía con lucidez que se acercaba al final :
    ” Por última vez, pues, el 11 de abril, ni resignado a morir ni angustiado por la muerte sino furioso, extraordinariamente irritado por la idea que de pronto no estaré aquí, en medio de la belleza del mundo o, por lo contrario en su grisácea insipidez-que en este caso concreto son la misma cosa-por última vez, diré lo que tengo que decir.”

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: